lundi 29 janvier 2018

Hassan Nasrallah: Trump uses ISIS to legitimize US Occupation of the Middle East

Speech of Hezbollah Secretary General, Hassan Nasrallah, on January 20, 2018

Translation: http://www.unz.com/sayedhasan

 


Transcript:

[...] As for regional issues, I'll be brief. What happened during the last days proves conclusively what we and others have said during the early events in the region (in 2011) about American objectives. Well, yesterday, the US Secretary of State, [Rex] Tillerson, announced - it is not a Tweet from Trump: Tillerson spoke after a well-planned meeting with his entourage, an assessment of the situation, etc., this is not a mere Tweet; Trump himself may indeed publish (inconsiderate) Tweets -, (Tillerson) announced that US forces would remain in Iraq, and that US forces would remain in Syria (indefinitely). 
Well, why do you want to stay in Iraq and Syria? In fact, when you created the international coalition, and came to Iraq and Syria at the time, you said that you did not intend to stay - see the hypocrisy of the United States -, you said that you did not intend to stay, that you were only coming to push back ISIS. And the people who have contributed the least to push back and defeat ISIS are you, the Americans. Well, now, what does (Tillerson) say? He said that the US forces and bases will remain in Iraq and Syria to prevent the return of ISIS. Magnificent.

I want to remind what we said a few years ago - you can check the archives. When we said - not just us, many have said it in the region - that the USA have created ISIS to have a pretext and an excuse to return their armed forces in the region, and especially in Iraq, after the people, the government and the heroic resistance of Iraq kicked them out, and after Iraqis refused that the Americans keep military bases and their soldiers and officers receive diplomatic immunity, (so) Obama decided to retreat. 
Well, how do the Americans want the return to Iraq? They need an excuse to return to Iraq. They created ISIS to return to Iraq. And today, on the pretext of ISIS, they want to stay (indefinitely) in Iraq. Similarly, under the pretext of ISIS, they came to Syria, and on the pretext of ISIS, they want to stay (indefinitely) in Syria. As the whole world knows, as Trump himself acknowledged, it's the United States that created ISIS. 
Today I can say to the Americans, so that they do not mislead the public: you want ISIS not to come back? It is sufficient for you to not bring it back, and ISIS will not return. Do not ask your Gulf allies in the region to give ISIS money and weapons, and ISIS will not return. Do not ask countries around the world to provide all kinds of help to the takfiris to join ISIS, and ISIS will not return. Preventing ISIS to return to Iraq and Syria does not require US bases or US forces. Iraqis can take care of preventing ISIS to resurface. And the Syrians will take care to prevent ISIS to resurface. And the claims of the US Secretary of State are only lies, hypocrisy, deceit and deception against the peoples of the region, he fabricates spurious pretexts from thin air in order to maintain US forces and bases in the region, which is the real goal. Today, it is clear and obvious.
Of course, in Syria, the Syrian government announced its position, and it is clear that US forces did not coordinate with the Syrians. But in Iraq, it is unclear if the US government has an agreement with the Iraqi government to keep these bases. We have no information about it. Or is it that the Americans merely inform Irak and Iraqis that they will stay in their territory, without their consent or agreement, whether they like it or not? I consider it as one of the great challenges facing the Iraqi government, the Iraqi people and the Iraqi leaders and political forces :the United States want to impose again, on their conditions, their bases to the Iraqis under the pretext of ISIS. [...]

lundi 22 janvier 2018

Hassan Nasrallah denouces Steven Spielberg's support for Israel

Speech by Hezbollah Secretary General Sayed Hassan Nasrallah on January 19, 2018, on the occasion of the commemoration of the death of Fayez Moghniyeh, father of martyrs Jihad, Fouad and Imad Moghniyeh

Translation: http://sayed7asan.blogspot.fr/
 

In case this video is censored by Youtube, find it on Dailymotion, Vimeo or Rutube. See Kafka 2.0: How Youtube’s Political Censorship is Exercised

Transcript:

[...] The third point concerns the normalization (of relations) with the Israeli enemy. This is a point of dispute and debates in Lebanon, which were held (again) recently. I call that, in a particular place - such as the government, the Assembly -, calmly, with all departments, all people, all parliamentary groups concerned, is held a discussion that will lead to a position on what is to be considered as a sign of normalization with the Israeli enemy. The (rejection) of the principle of normalization (with Israel) is an official Lebanese position. Lebanon is determined not to normalize relations with the Israeli enemy, as long as there is no "just and comprehensive peace" as they call it. Well, where is the "just and comprehensive peace"? Lebanon must implement its commitment not to normalize relations with the Israeli enemy. 

This issue must be addressed and resolved, so that there are no problems in the country. In the sense that tomorrow, on the pretext that this or that falls under the category of art, tourism or whatsoever... We will not go into religious or intellectual debates in this political question. For example, a Lebanese director [Ziad Doueiri] will go to Occupied Palestine, to the Israeli embassy, apply for a visa, goes back and forth, finally makes it (after obtaining the visa) and shoots a movie there, and it would not be normalization? If this is not normalization, you must explain me what normalization is.

O my brother, I'm Lebanese and I ask you to explain what normalization of relations with the Israeli enemy means. What is it ? That is why this issue is very sensitive, especially now, at this stage. After the latest developments in the Palestinian cause, there are many people in Lebanon - let nobody underestimate them, and we are part of them - who will never tolerate (perhaps on some other things we could be understanding and tolerate) normalization measures which occur under the eyes of the State, and sometimes with the agreement of officials in the Lebanese State. 

Well, let us translate it, explain it. No one is opposed to art, nobody asks to close cinemas or not to go to cinemas, never. Nobody has even raised the matter. But that in the name of art, cinema or tourism, you normalize relations with Israel, it is opposed to the Lebanese State's commitments. Let no one say tomorrow "the Sayyed, as usual, takes decisions of war and peace by himself." O my brother, this is a decision of the Lebanese State. It is a decision of the Lebanese government. Therefore stand fast and hold on to your decisions, your strategy, your positions. Be true to your word. That's the position of principle.

dimanche 21 janvier 2018

Hassan Nasrallah dénonce le soutien de Steven Spielberg à Israël

Discours du Secrétaire Général du Hezbollah, Sayed Hassan Nasrallah, le 19 janvier 2018, à l’occasion de la commémoration du décès du père des martyrs Jihad, Fouad et Imad Moghniyeh



Pour le cas ou Youtube censurerait cette vidéo, retrouvez-là sur Dailymotion, Vimeo ou Rutube (Voir Kafka 2.0 : Comment s’exerce la censure politique sur Youtube)


Transcription : 

Le troisième point concerne la normalisation (des relations) avec l’ennemi israélien. C’est un point de discorde et de débats au Liban, qui se sont tenus dernièrement. J’appelle à ce que calmement, dans un endroit déterminé – par exemple au gouvernement, à l’Assemblée –, avec tous les ministères, toutes les personnes, tous les groupes parlementaires concernés, se tienne une discussion qui aboutisse à une position sur ce que sont les signes de normalisation avec l’ennemi israélien. Le (rejet) du principe même de normalisation (avec Israël) est une position libanaise officielle. Le Liban est résolu à ne pas normaliser ses relations avec l’ennemi israélien, tant qu’il n’y aura pas ce qu’ils appellent une « paix juste et globale ».  
Eh bien, où est donc la « paix juste et globale » ? Le Liban doit appliquer son engagement à ne pas normaliser ses relations avec l’ennemi israélien. Cette question doit être adressée et résolue, afin qu’il n’y ait pas de problèmes dans le pays. Au sens où demain, au prétexte que telle ou telle chose relèveraient de l’art, du tourisme ou autre… Nous ne voulons pas entrer dans les débats religieux ou de pensée pour cette question politique. Par exemple, qu’un réalisateur libanais [Ziad Doueiri] se rende en Palestine occupée, à l’ambassade israélienne, demande un visa, y fasse des allers et retour, s’y rende finalement (après obtention du visa) et tourne un film là-bas, et cela ne serait pas de la normalisation ? Si cela n’est pas de la normalisation, il faut nous expliquer ce qu’est la normalisation. O mon frère, je suis un libanais et je te demande de m’expliquer ce que signifie la normalisation des relations avec l’ennemi israélien. Qu’est-ce que c’est ?   

C’est pour cela que cette question est très sensible, surtout maintenant, à cette étape. Après les derniers développements concernant la cause palestinienne, il y a beaucoup de gens au Liban – que personne ne les sous-estime, et nous en faisons partie – qui ne tolèreront jamais (peut-être que sur certaines autres choses, on a pu être compréhensif et les tolérer) les mesures de normalisation qui se produisent sous les yeux de l’Etat, et parfois avec l’accord de responsables dans l’Etat libanais.

Eh bien, traduisons donc cela, expliquons-le. Personne n’est opposé à l’art, personne ne demande de fermer les cinémas ou de ne pas y aller, jamais. Personne n’a pas même abordé ce sujet.  Mais qu’au nom de l’art, au nom du cinéma, au nom du tourisme, vous normalisiez les relations avec Israël, cela s’oppose aux engagements de l’Etat libanais. Que personne ne vienne dire demain « le Sayed, comme d’habitude, se charge de prendre les décisions de guerre et de paix ». O mon frère, c’est là une décision de l’Etat libanais. C’est une décision du gouvernement libanais. Tenez-vous donc à vos décisions, à votre stratégie, à vos positions. Soyez fidèles à votre parole. Voilà pour la position de principe.


samedi 20 janvier 2018

Hassan Nasrallah answers Trump on Hezbollah's drug trafficking

Speech by Hezbollah Secretary General Sayed Hassan Nasrallah on January 19, 2018, on the occasion of the commemoration of the death of Fayez Moghniyeh, father of martyrs Jihad, Fouad and Imad Moghniyeh

Translation: http://sayed7asan.blogspot.fr/


In case this video is censored by Youtube, find it on Dailymotion, Vimeo or Rutube. See Kafka 2.0: How Youtube’s Political Censorship is Exercised

Transcript: 

In recent weeks, US accusations were made. They are not new but they are taking a new dimension. The US Department of Justice created a commission of inquiry that will come to Lebanon - I do not know if it is already there, the media have not made it clear - to meet with officials and Lebanese parties and to investigate. About what ? The Hezbollah links with drug trafficking. 

A story was concocted in the US, that Obama would have prevented any investigation on the issue of Hezbollah drug trafficking, but Trump, being more intransigent, formed this Inquiry. The same approach is being carried out by France, and it seems there has been arrests of people linked to drug trafficking, money laundering, etc. 

Anyway, I will not dwell at length on this subject, but I want to remind our unchanging position of principle. I want to tell you and all the spectators, categorically, that these are fabrications and false accusations which are not based on any fact and have no truth. Hezbollah, regarding this issue, has a clear religious, legal and ethic position. For us, the drug trade is illegal, prohibited, and is even among the major sins. And we prohibit drug trafficking even in the society of the enemy. Perhaps someone will say what is wrong with selling drugs to Israeli society to destroy it (from within)? Even the drug trade with Israeli society to destroy it is illicit in our view. The drug trafficking and spread are by principle illicit (whatever the circumstances) even to an enemy society. This has nothing to do with (warfare). Such are our ethics, such is our commitment, which stands absolutely.

Hassan Nasrallah répond aux accusations US sur le trafic de drogue du Hezbollah

Discours du Secrétaire Général du Hezbollah, Sayed Hassan Nasrallah, le 19 janvier 2018, à loccasion de la commémoration du décès du père des martyrs Jihad, Fouad et Imad Moghniyeh



Pour le cas ou Youtube censurerait cette vidéo, retrouvez-là sur Dailymotion, Vimeo ou Rutube (Voir Kafka 2.0 : Comment s’exerce la censure politique sur Youtube)



Transcription : 

[…] Durant les dernières semaines, des accusations américaines ont été portées. Elles ne sont pas nouvelles mais prennent une nouvelle dimension. Le Ministère de la Justice américain a créé une Commission d’enquête qui va venir au Liban – je ne sais pas si elle est déjà là, les médias ne l’ont pas clairement précisé – pour rencontrer des responsables et des partis libanais et faire une enquête. Sur quoi ? Sur les liens du Hezbollah avec le trafic de drogue. Une histoire a été concoctée aux Etats-Unis, selon laquelle Obama aurait empêché toute investigation sur la question du trafic de drogue du Hezbollah, mais que Trump, plus intransigeant, a formé cette Commission d’enquête. La même démarche est actuellement menée par la France, et il y aurait des arrestations de personnes liées au trafic de drogue, au blanchiment d’argent, etc.

Vladimir Poutine : face à Trump, Kim-Jong Un a gagné haut la main

Entretien de Vladimir Poutine  avec les médias et agences de presse russes, 11 janvier 2018

En prélude à la journée de la presse russe, le 13 janvier, Vladimir Poutine s'est rendu à la rédaction du journal Komsomolskaya Pravda avec les médias et les agences de presse russes. La discussion a porté sur les problèmes professionnels actuels.




Pour le cas ou Youtube censurerait cette vidéo, retrouvez-là sur Dailymotion et Vimeo  (Voir Kafka 2.0 : Comment s’exerce la censure politique sur Youtube) :


Transcription :

[...] Journaliste : Monsieur le Président, j'ai une question à propos de la péninsule coréenne. La nouvelle année a apporté de bonnes nouvelles sur les contacts, les tendances et les rencontres possibles. En même temps, il y a des nouvelles alarmantes au sujet des boutons nucléaires et de la question de savoir qui a le plus gros. Que pensez-vous des développements concernant la péninsule coréenne dans les premiers jours de la nouvelle année?

Vladimir Poutine : Je pense que Kim-Jong Un a évidemment gagné ce round. Il a atteint son objectif stratégique. Il a une ogive nucléaire, et maintenant il a aussi un missile avec une portée globale de 13 000 kilomètres, qui peut atteindre presque n'importe quelle partie du globe, au moins sur le territoire de son adversaire potentiel. Et maintenant il veut clarifier, calmer ou dé-escalader la situation. 

C'est déjà un politicien mature et très perspicace. Cependant, nous devrions être réalistes et, compte tenu de ce que nous devons faire, nous devons agir avec beaucoup de précautions. Si nous voulons atteindre l'objectif difficile de dénucléariser la péninsule coréenne, nous devons le faire par le dialogue et les négociations.

Je crois que, aussi difficile que cela puisse paraître, nous pouvons accomplir cette mission si toutes les parties prenantes de ce processus, y compris les Nord-Coréens, sont convaincues que leur sécurité peut également être garantie sans armes nucléaires.

C'est ainsi que je veux répondre en conclusion. Cela est étroitement lié à votre question et à la question précédente également. Nous discutons du nouveau traité START avec nos partenaires américains. Ils ont soudainement déclaré, même si leur intention colle à la lettre du traité, qu'ils voulaient convertir certains de leurs véhicules de lancement - avions et sous-marins - avec des silos pour empêcher leur utilisation pour lancer des armes nucléaires.

En principe, cette possibilité est stipulée dans le traité. Mais le traité dit aussi que cela n'est possible que si l'autre partie, en l'occurrence la Russie, vérifie la conversion et est convaincue qu'il n'y a pas là de potentiel de rupture, que ces silos ou équipements aéronautiques ne seront pas reconvertis pour l'usage d'armes nucléaires.

Nous n'avons aucune preuve de cela jusqu'à présent. Et nous sommes donc préoccupés par cela. Mais notre dialogue est en cours. J'espère que ce sera positif. [...]

jeudi 18 janvier 2018

Norman Finkelstein : l'aide US aux Palestiniens coûte moins qu'un yacht saoudien

Interview de Norman Finkelstein sur Democracy Now, le 10 janvier 2018 







Transcription : 



Amy Goodman : Israël fait face à une éventuelle enquête de la Cour pénale internationale concernant des crimes de guerre durant son agression de 2014 contre Gaza et l’expansion persistante des colonies de peuplement en Cisjordanie occupée. Selon la chaîne de télévision israélienne Channel 10, le Conseil de sécurité nationale israélien a récemment averti les législateurs israéliens que la CPI pourrait ouvrir une enquête durant cette année. Malgré l’avertissement, le ministre israélien de la Défense a annoncé mardi qu’Israël approuverait la construction de centaines de nouvelles habitations en Cisjordanie. Les dirigeants palestiniens ont commencé à demander une enquête de la CPI peu après l’agression de 2014 contre Gaza, qui a tué plus de 2 100 Palestiniens, dont plus de 500 enfants.

Cela survient alors qu’Israël et les États-Unis sont confrontés à une condamnation internationale croissante pour leur traitement des Palestiniens. Le mois dernier, les Nations Unies ont voté 128 à 9 en faveur d’une résolution appelant les États-Unis à abandonner leur récente reconnaissance de Jérusalem en tant que capitale d’Israël. Dans le même temps, mardi, la Suède a critiqué l’administration Trump pour avoir menacé de couper des centaines de millions de dollars d’aide annuelle à l’agence d’aide aux réfugiés palestiniens de l’ONU. L’ambassadeur de la Suède auprès des Nations Unies a déclaré que la coupure de l’aide « serait déstabilisante pour la région ». Le législateur palestinien Hanan Ashrawi a comparé la menace du président Trump de couper l’aide humanitaire à du chantage.

Hanan Ashrawi : Je dirais que les droits des Palestiniens ne sont pas à vendre, et nous ne céderons pas au chantage. Il y a des impératifs et des exigences pour la paix. Et unilatéralement, le Président Trump les a détruits. Il a même saboté nos efforts pour parvenir à une paix juste et obtenir la liberté et la dignité du peuple palestinien. En reconnaissant Jérusalem occupée comme la capitale d’Israël, il s’est non seulement disqualifié en tant que médiateur ou négociateur de paix en prenant parti et en devenant complice de l’occupation israélienne, mais il a aussi totalement saboté, totalement détruit, les fondements mêmes de la paix.

Amy Goodman : Une partie de l’argent de l’aide américaine va aux réfugiés vivant dans la bande de Gaza occupée, la zone la plus densément peuplée du monde. Depuis des années, les Nations Unies et les groupes humanitaires ont averti que les conditions à Gaza sont presque invivables en raison du blocus militaire israélien qui a duré une décennie et des multiples attaques israéliennes contre la région. Selon le Comité international de la Croix-Rouge, sept personnes sur dix à Gaza vivent de l’aide humanitaire. Le taux de chômage est de 44 %. Les coupures d’électricité peuvent atteindre jusqu’à 20 heures par jour.

Gaza fait l’objet d’un nouveau livre de l’auteur et universitaire Norman Finkelstein. Il est intitulé Gaza : une enquête sur son martyre. Norman Finkelstein est le fils de survivants de l’Holocauste. Il est l’auteur de nombreux autres livres, y compris L’industrie de l’Holocauste : Réflexions sur l’exploitation de la souffrance humaine et On en sait trop : Pourquoi la romance des Juifs américains avec Israël arrive à sa fin.

Norman Finkelstein, nous sommes heureux de vous retrouver à Democracy Now ! Commençons par les dernières nouvelles de ce rapport d’une éventuelle enquête de la CPI – Cour pénale internationale – sur les crimes de guerre durant l’assaut israélien sur Gaza en 2014.

Norman Finkelstein : Eh bien, il y a des enquêtes de longue date de la CPI sur la conduite israélienne, et c’en est une autre phase, la presse israélienne rapporte que ça avance. Le Procureur en chef, Fatou Bensouda, a été très indulgente, tout comme l’ancien Procureur en chef de la CPI, quand il s’agit de poursuivre n’importe qui sauf les Africains. Depuis la fondation de la CPI en 1998, les seules personnes qui ont déjà été jugées sont des dirigeants africains ou des Africains accusés de crimes importants contre les droits de l’homme. Beaucoup d’États africains appellent la Cour Internationale du Caucase et non la Cour criminelle.

Hassan Nasrallah: Trump heads for Armageddon, Israel will be more easily defeated than ISIS

Interview of Hezbollah Secretary General Sayyed Hassan Nasrallah by Al-Mayadeen TV, January 3rd, 2018

Source: http://www.almayadeen.net/episodes/849526


Translation: http://sayed7asan.blogspot.com





In case these videos are censored by Youtube:



Transcript:  

[...] Journalist: At the end of the first part of our interview, we concluded on two points. In the first point, you said that the events in Iran will have no consequences and are over, and in the second point we evoked, the most dangerous, is that Trump and Israel are pushing the region towards a big war, and in case this war would be triggered, the Resistance Axis is preparing and has to be prepared. And I ask Your Eminence, are you really worried and concerned that this war happens ? Because I understand from your comments that the war is (a real) possibility, they will perhaps trigger it, and that you (are certain to) be victorious in this war.

Hassan Nasrallah: Listen, regarding the possibility of war, it is real. As for the degree of probability, we cannot rule it out, not even for a moment. Because with such a mentality, such an administration... And whatever they say, it's not just Trump, but the Vice-President, the whole of this administration, their vision... You see how some approached the cause of Al-Quds. He approached it with a religious point of view! These things are related to... 

If you read the statements of the Americans and even the Israelis, you see he wants an Armageddon, he prepares a (real) Armageddon and heads towards it with force. We know their mentality. 

Journalist: They are supported by Christian Zionists. 

mercredi 17 janvier 2018

Hassan Nasrallah : Trump va vers l'Armageddon

Interview du Secrétaire Général du Hezbollah par la chaine Al-Mayadeen, 3 janvier 2018


Traduction : http://sayed7asan.blogspot.fr/








Transcription :

[...] Journaliste : A la fin de la première partie de notre entretien, nous avons conclu sur deux points. Dans le premier point, tu as dit que les événements en Iran étaient sans conséquence et terminés, et le deuxième point dont on parle, le plus dangereux, est que Trump et Israël poussent la région vers une grande guerre, et pour le cas où cette guerre serait déclenchée, l’Axe de la Résistance s’y prépare et doit s’y préparer.  Et je te demandais, est-ce que Ton Eminence est vraiment inquiète et craint que cette guerre advienne ? Car je comprends de tes propos que la guerre est (une possibilité) réelle,  qu’ils vont peut-être la déclencher, et que vous allez être victorieux dans cette guerre.

lundi 15 janvier 2018

Hassan Nasrallah : Israël sera vaincu plus facilement que Daech


Interview du Secrétaire Général du Hezbollah, Sayed Hassan Nasrallah, par la chaine libanaise Al-Mayadeen, le 3 janvier 2018





Transcription :

[…] Journaliste : Eminent Sayed, afin qu’on ne dise pas directement après cette interview (comme c’est souvent le cas) que tu exagères dans tes propos (et qu’on se demande) comment (le Hezbollah) pourrait être victorieux dans cette guerre (à venir contre Israël) alors qu’il y a (en face) des Etats puissants, l’OTAN, la possibilité d’une guerre mondiale, et tu affirmes cependant que vous allez entrer (en Palestine occupée) au-delà de la Galilée durant la prochaine guerre si elle se produit. Peut-on imaginer raisonnablement que des combattants du Hezbollah vont envahir la Galilée et au-delà ?

Hassan Nasrallah : Si une grande guerre se produit... Maintenant, la question de la Galilée est distincte, c’est une question dont on a parlé par le passé, et nous avons toujours clairement dit que la position de base (annoncée) aux combattants de la Résistance est : « Soyez prêts pour le jour où les dirigean

dimanche 14 janvier 2018

Hassan Nasrallah Calls for an Online Intifada to defend Al-Quds (Jerusalem)

Speech by Hezbollah Secretary General Sayed Hassan Nasrallah on December 7, 2017, following Donald Trump's decision to recognize Al-Quds (Jerusalem) as the capital of Israel 

Translation: http://sayed7asan.blogspot.fr


See also: Kafka 2.0: How Youtube’s Political Censorship is Exercised








Transcript:

[...] Regarding our position (against Trump's decision about Al-Quds / Jerusalem), I wish to express some (recommended actions) that I will categorize into two parts. 

The first part concerns the protest against this decision. (On the one hand), any form of protest, condemnation, denunciation, objection, rejection, refusal expressed against this open American aggression and dangerous move, and, on the other hand, any announcement of solidarity, support, expression of the fact that we stand alongside Palestine, the people of Palestine and the cause of Al-Quds (Jerusalem), that it is important for all of us, that it is our responsibility and concerns all of us, are indispensable actions, it is the lesser degree of faith (of struggle imposed on everyone).

Maybe someone will ask what are words good for, but no, it is necessary and indispensable to speak, it is the lesser degree of faith. Let no one devaluate ​​or shrink (the importance of) positions, statements, speeches and all forms of denunciation and protest which I will discuss in a moment. These actions are essential. Of course, more is needed, but if some (countries and factions) do not do more, this responsibility remains nevertheless imposed on each and everyone of us.

samedi 13 janvier 2018

Kafka 2.0: How Youtube’s Political Censorship is Exercised

Five years of archives of resistance to Zionism and imperialism deleted by Google


Someone must have been telling tales about Josef K., for one morning, without having done anything wrong, he was arrested.” Thus begins The Trial, Franz Kafka’s 1925 work, in which Joseph K., ordinary bank employee, is arrested at his home by mysterious agents and notified of legal proceedings against him. He is not informed of the offense or crime of which he would allegedly be guilty – he is only given to understand that he must have broken some unknown law – and is notified of a summons to court a certain day, without knowing the exact time or place. The protagonist is dragged into a completely absurd circle, wavering between inspectors, bailiffs, lawyers and judges, and not knowing at any time for what or against whom he must defend himself. He is finally executed by three distinguished executioners who, with “odious politeness”, plant a butcher’s knife in his heart.

The procedure by which Youtube deletes videos and even the entire content of a channel is comparable to this Gothic novel in more ways than one. As I mentioned in a previous article, my channel Sayed Hasan, which, for more than five years, has subtitled in French and English speeches of Sayed Hassan Nasrallah, Secretary General of Hezbollah, as well as Vladimir Putin, Bashar al-Assad and Sayed Ali Khamenei (in addition to interviews with Norman Finkelstein, content about revolutionary Latin America, etc.), was given two strikes by Youtube in less than one month because of two Hassan Nasrallah speeches, on the pretext of a “violation of the rules concerning violent or graphic content on Youtube”. The total suppression of the channel did not take long, since it occurred on December 20th, 2017, after a third and last strike announcing the guillotine, still because of a Hassan Nasrallah speech published in... 2014 – there is no prescription on Youtube, nor half measure. Thus, 400 videos, more than 6 million views and soon 10,000 subscribers have vanished, at the time of the greatest growth in their history. Youtube strives to hide its censorship behind a pseudo-legalistic procedure, but in fact, as we will see, all creators are under the constant threat of its political blade that drastically restricts tolerated contents.

The first strike is dated October 24, 2017, and concerns a February 2015 speech titled “Hassan Nasrallah: ISIS is Israel’s ally and aims Mecca and Medina”. Its complete transcript is available here: http://sayed7asan.blogspot.fr/2018/01/hassan-nasrallah-isis-is-israels-ally.html. As we can see, this speech only denounces the terrorist group ISIS, characterizing it as a danger for Islam, Muslims and all humanity, and recalls its collusion with Israel. It contains absolutely nothing legally reprehensible (call to hatred, murder, etc.). Youtube does not in any way indicate where or how such a video would have violated the “rules regarding violent or graphic content”, probably relying on the acumen of the accused – who finds himself de facto convicted. I have found absolutely nothing wrong with it, even by the strictest standards – unless, of course, any negative mention of Israel is unsustainable for the good souls of the IDF, who are tirelessly and relentlessly striving in this work of cyber-denunciation (their soldiers and mercenaries are more enterprising on the Internet than facing real fighters), and find in Google, Facebook and other giants of the Web a particularly complacent ear. We will come back to this point in more detail.

  Sayed Hasan channel in mid-December 2017

In good faith, I immediately appealed this decision – shockingly, Youtube does not grant more than 200 characters for this “procedure” (spaces included), but true, it is difficult to be loquacious in the face of an unknown crime – and to date, I have received no response. It is a sort of witchcraft trial, where, in violation of the most elementary principles of law, it is up to the accused to prove his innocence in the face of an unspecified violation, and where the mere fact of being suspected by (or denounced to) the all-powerful “Google” Inquisition entails an automatic conviction, without at any time the grievances being clearly stated, the defense, even muzzled, being heard, a semblance of reasoned judgment being rendered or the pseudo-appeal procedure being taken into account, even formally. “We don’t answer questions like that,” opposes a police officer to Joseph K.’s requests regarding the reason for his indictment. “But in general we don’t proceed with trials we’re not certain to win.”

The second strike came on December 14, and concerns a December 11, 2017 speech entitled “Hassan Nasrallah: We are about to liberate Al-Quds (Jerusalem) and all of Palestine,” which only stayed online half an hour before its suppression. Its transcript is available here: http://sayed7asan.blogspot.fr/2017/12/hassan-nasrallah-we-are-about-to.html. Again, beyond the title of the offense regarding “violent or graphic content”, Youtube has not provided any details to justify its decision. It is true that in this extract, Hassan Nasrallah supports the dismantling of the racist, terrorist and colonialist state of Israel, world champion of human rights abuse and international law violations, and invites Palestinians and all the Resistance Axis to take up arms in defense of Palestine and the holy places of Islam and Christianity (he is joined by the Neturei Karta, an orthodox Jewish group that publicly burns Israeli flags in the heart of Jerusalem, as can be seen on its YouTube channel). And it turns out that the rallying slogan “Death to Israel” is spoken by Hassan Nasrallah and echoed by thousands of protesters participating in an opposition rally to Donald Trump and his decision to recognize Al-Quds (Jerusalem) as the capital of Israel. But beyond the fact that armed resistance to an occupier is perfectly legal according to international law (United Nations Resolution 37/43 of December 3, 1982 reaffirming “the legitimacy of the struggle of peoples for independence, territorial integrity, national unity and liberation from colonial and foreign domination and foreign occupation by all available means, including armed struggle”), the right to information must prevail, because without this, no political speech in a warlike context could be published on Youtube. However, Google does not consider in any way problematic statements much more “violent or graphic” like Donald Trump threatening to “completely destroy” North Korea, the Israeli bragging about bombing Iran and toppling its regime, assassinating Hassan Nasrallah or even General de Gaulle’s June 1940 appeals, or Aimé Césaire’s speeches, which should be banned on Youtube according to a purely literal application of the regulation concerning violent content or call for violence (in these cases, calls to resist against Nazism or colonialism). But obviously, with Kafka, Youtube seems to have also integrated Orwell: “All [contents] are equal but some are more equal than others.” Only videos hostile to imperialism and Zionism are subject to censorship and banishment.

With two strikes in less than a month, the life of my Youtube channel was hanging by a thread: it is true that after 3 months, a warning is removed, but three successive warnings on an account lead to outright removal of the channel and all its content, not just the videos concerned. And it was clear to me that these two unjustified and unprecedented warnings would soon be followed by a third and a complete suppression of my channel. To make a judicial analogy, it is as if a conviction for defamation (which, in any body of law, cannot be held from 3 months to 1 year after the offense, but Google seems to have opted for imprescriptibility) resulted in the removal not only of the passage incriminated (for example, in Emile Zola’s “J’Accuse”, the two incriminated words “by order”, Zola obviously not having the means to prove materially that the second War Wouncil had been forced to acquit Esterhazy by the military hierarchy), but of all the work of the journalist, author – or producer of Youtube content. Without conviction, I conducted the Orwello-Kafkaesque 200-character appeal, protested to Google by email and published an article denouncing this censorship and the announced deletion of my channel. This time, I received a response from Youtube in 12 hours, which showed me, if any doubt still remained, that these procedures are nothing more than a masquerade meant to conceal the totally arbitrariness, or rather political orientation of Google’s censorship: indeed, the answer was in three lines in which Youtube thanked me for having made this appeal procedure, informed me that after a closer examination of the content of my video, they determined that it did not respect the Community rules, and addressed me cordial greetings. Can we conceive of a judgment, let alone an appeal procedure, which is devoid of any argumentation? Google has completely automated the pseudo-legalistic process of deleting content, which is done for the unfortunate victim without any human interlocutor and therefore without any possibility of defense.

vendredi 12 janvier 2018

Norman Finkelstein : Netanyahou est le vrai visage d'Israël



Interview de Norman Finkelstein sur Democracy Now, 10 janvier 2018









Transcription :

[...] Amy Goodman : Je voulais vous poser une question sur Benjamin Netanyahu et sur les enquêtes de corruption auxquelles il est confronté. Bien sûr, Benjamin Netanyahu a récemment parlé de sa relation très proche avec les Kushner, du fait qu’il avait dormi dans la chambre de Jared Kushner lorsqu’il a visité les Etats-Unis, alors qu’il était encore un petit garçon. Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu fait face à une controverse politique interne après qu’une chaîne de télévision israélienne a diffusé un enregistrement audio secret de son fils devant un club de strip-tease en 2015. Dans l’enregistrement, on entend Yair Netanyahu parler de prostituées, exigeant de l’argent au fils d’un magnat du gaz israélien. Yair sous-entend que son père, le Premier ministre Netanyahu, a aidé à faire passer un accord de 20 milliards de dollars au profit de l’homme d’affaires, disant : « Mon père a arrangé 20 milliards de dollars pour le tien et tu chicanes pour 400 shekels [120 dollars] ? », ce au moment où le Premier ministre Netanyahu est confronté à de multiples enquêtes de corruption.

En septembre, Yair Netanyahu a également fait polémique en publiant une caricature antisémite sur Facebook. Des suprématistes blancs, y compris l’ancien dirigeant du Klan David Duke, ont félicité Yair Netanyahu pour avoir posté une image représentant l’investisseur milliardaire George Soros au sommet d’une chaîne alimentaire, faisant miroiter le monde devant un reptile et devant l’ancien Premier ministre Ehud Barak, un critique fréquent de son père, Benjamin Netanyahu. Par la suite, David Duke l’a félicité sur Twitter. C’est une histoire stupéfiante, rapportée par Slate et d'autres médias.

Pouvez-vous nous parler de ce qui se passe actuellement ? Est-ce que les enquêtes de corruption mettent Netanyahu en péril ? Et qu’en est-il de son fils ?

Norman Finkelstein : Eh bien, je vais évoquer le dernier point brièvement et ensuite aller au cœur de la question – ce qui me parait être le cœur des questions que vous posez. La relation entre son fils et Netanyahu, entre Yair [Netanyahu] et son père, Benjamin Netanyahu, est très similaire à celle entre Jared et Donald Trump. Ce sont des individus privilégiés, gâtés-pourris et remarquablement insignifiants.

Mais la question que vous avez posée sur la corruption en général est une question intéressante. Vous n’êtes pas tout à fait aussi âgée que moi, mais vous pouvez remonter assez loin (dans votre mémoire) pour vous souvenir que durant notre jeunesse, Israël était très austère. C’était un endroit simple et relativement « honnête ». C’est cette image d’Israël qui reste dans l’esprit de beaucoup de Juifs américains, disons, âgés de plus de 50 ans. Et donc, à l’époque, si on prend par exemple, dans les années 1970, Yitzhak Rabin, qui était le Premier ministre, il a dû quitter son poste. Il a été contraint de démissionner parce que sa femme avait ouvert un compte bancaire – un simple compte bancaire – aux États-Unis. Et apparemment, il n’y avait même pas d’argent sur ce compte, si ma mémoire est bonne. Mais de nos jours, c’est juste un scandale après un autre scandale après un autre scandale après un autre scandale. Et ce qui est remarquable, c’est que cela n’affecte pas vraiment la position de Benjamin Netanyahu. Malgré une succession de scandales, il est resté au pouvoir pendant une période remarquablement longue.

La question est donc : pourquoi ? Et je pense que la réponse est celle-ci : parce que, que cela plaise ou non, Benjamin Netanyahu est le vrai visage d’Israël. C’est un individu ignoble, une grande gueule, un raciste, un suprématiste juif.  Et c’est maintenant le cas de toute la population. Maintenant, je ne dis pas que c’est dans leur ADN. Je ne dis pas que c’est génétique. Mais l’Etat d’Israël a dégénéré en quelque chose de vraiment navrant. Et c’est…

Amy Goodman : Attendez, ce n’est clairement pas le cas de toute la population. Il y a beaucoup de critiques. Il y a un mouvement de paix.

Norman Finkelstein : Eh bien, non, je dirais... Vous savez, Amy, j’aimerais bien que ce soit le cas. J’aimerais que ce soit le cas. Mais si vous posez la question aux critiques eux-mêmes, si vous posez la question à un Gideon Levy, à une Amira Hass, à...

Amy Goodman : Qui écrivent pour Haaretz.

Norman Finkelstein : Oui. Si vous posez la question à B’Tselem, à...

Amy Goodman : Le groupe de défense des droits de l’homme.

Vladimir Putin: Shrewd and Mature Kim-Jong Un Won This Round Against Trump

Meeting with heads of Russian print media and news agencies -
January 11, 2018

Ahead of Russian Press Day marked on January 13, Vladimir Putin met with heads of Russian print media and news agencies in the editorial office of the Komsomolskaya Pravda newspaper. The discussion focused on current professional issues. The President congratulated media representatives on their professional holiday.


Transcript:

Editor-in-Chief of the Rossiyskaya Gazeta newspaper Vladislav Fronin: Mr President, I have a question about the Korean Peninsula. The new year has brought good news about contacts, trends and possible meetings. At the same time, there is alarming news about nuclear buttons and whose is bigger. What do you think about the developments concerning the Korean Peninsula in the first days of the new year? 

Vladimir Putin: I think that Kim Jong Un has obviously won this round. He has achieved his strategic goal. He has a nuclear warhead, and now he also has a missile with a global range of up to 13,000 kilometres, which can reach almost any part of the globe, at least in the territory of his potential adversary. And now he wants to clear up, smooth over or calm down the situation.

He is a shrewd and mature politician. However, we should be realistic, and based on what we have to go on we must act extremely carefully. If we want to achieve the difficult goal of denuclearising the Korean Peninsula, we should do this through dialogue and talks.

I believe that, however difficult this may seem, we can accomplish this mission if all parties to this process, including the North Koreans, become convinced that their security can be also guaranteed without nuclear weapons.

This is how I want to reply in conclusion. It is closely connected with your question and the previous question as well. We are discussing the New START Treaty with our American partners. They have suddenly stated, although their intention fits the letter of the treaty, that they want to convert some of their delivery vehicles – aircraft and submarines – together with silos to prevent their use for launching nuclear weapons.

In principle, this possibility is stipulated in the treaty. But the treaty also says that this is only possible if the other party, in this case Russia, verifies the conversion and is convinced that there is no breakout potential in this, that these silos or aircraft equipment will not be converted back for the use of nuclear weapons.

We have no proof of this so far. And we are therefore concerned about this. But our dialogue is ongoing. I hope it will be positive. [...]

jeudi 11 janvier 2018

Netanyahou à l'ONU : en Antarctique, les pingouins soutiennent Israël avec enthousiasme

Discours de Benyamin Netanyahu le 19 septembre 2017 à l'ONU

Traduction : http://sayed7asan.blogspot.fr/





Hassan Nasrallah appelle à une Intifada sur les réseaux sociaux en défense d'Al-Quds (Jérusalem)

Discours du Secrétaire Général du Hezbollah, Sayed Hassan Nasrallah, le 7 décembre 2017, suite à la décision de Donald Trump de reconnaître Al-Quds (Jérusalem) comme capitale d’Israël 

Traduction : http://sayed7asan.blogspot.fr






Transcription :



[…] En ce qui concerne notre position (face à la décision de Trump au sujet d’Al-Quds / Jérusalem), je souhaite énoncer certaines (actions recommandées) que je vais classer en deux parties.

La première partie concerne la protestation contre cette décision. (D’un côté), toute forme de protestation, de condamnation, de dénonciation, d’opposition, de refus, d’annonce de rejet face à cette agression américaine ouverte et à cette mesure dangereuse, et, d’un autre côté, toute annonce de solidarité, de soutien, du fait qu’on se tient aux côtés de la Palestine, du peuple de Palestine et de la cause d’Al-Quds (Jérusalem) qu’elle est importante pour nous tous, est notre responsabilité et nous concerne tous, constituent des actions indispensables, et c’est le moindre degré de foi (de lutte).

Peut-être que quelqu’un demandera à quoi servent les paroles, mais non, il est nécessaire et indispensable de s’exprimer, c’est le moindre degré de foi. Que personne ne dévalorise ou n’amenuise (l’importance) des prises de position, des déclarations, des discours et de toutes les formes de dénonciation et de protestation dont je vais parler dans un instant. Ces actions sont indispensables. Bien sûr, il faut faire davantage, mais si certains ne font pas plus, cette responsabilité qui s’impose à nous tous ne nous en est pas moins imposée.

Toutes les formes de protestation, de condamnation, de rejet, de dénonciation et d’opposition doivent être perçus par l’administration américaine et ressentis par l’entité usurpatrice (d’Israël) à travers l’ensemble du monde arabe et musulman et même dans le monde entier.

Pour donner quelques exemples, aujourd’hui, par exemple, les réseaux sociaux : une personne est posée chez elle, personne ne va lui tirer dessus comme cela se passe maintenant au coeur de la Palestine, personne ne lui créera d’ennuis ni rien du tout. La moindre des choses, l’action la plus modeste pour quiconque est concerné par cette question, pour tout homme libre et digne dans le monde, et pas seulement dans le monde arabo-musulman, et durant les jours et même les semaines à venir, si chaque jour, tous ceux qui sont sur les réseaux sociaux condamnent Trump et ce qu’il a fait, et confirment qu’Al-Quds (Jérusalem) est la capitale éternelle de l’Etat de Palestine, et refusent la judaïsation d’Al-Quds, etc., s’ils expriment cette prise de position, si par exemple des centaines de millions de Tweets sont émis, des centaines de millions de prises de position sur les réseaux sociaux, ce durant des jours et des semaines, cela se reflètera sur l’administration américaine et l’entité sioniste en transformant la joie en amertume, et ils réaliseront qu’ils font face à une opinion publique très grande et très forte. Et qu’aurons-nous fait (pour obtenir ce résultat) ? On ne sera pas descendu sous la neige, on n’aura pas offert nos poitrines aux balles. De manière très simple, en toute simplicité, (par des posts quotidiens sur les réseaux sociaux), et je le dis clairement, c’est le moindre degré de foi, c’est le moindre de nos devoirs : tout homme, toute femme, tout jeune homme et toute jeune fille, dans le monde arabo-musulman et dans le monde entier, chaque jour, doivent simplement prendre position, publier leur position sur les réseaux sociaux. C’est l’une des opportunités que nous offrent aujourd’hui les réseaux sociaux. L’administration de ces réseaux ne parviendra pas à (tous) les supprimer lorsqu’elle en trouvera des centaines de millions, des dizaines de millions pour le moins. C’est quelque chose qu’on peut faire, c’est une des possibilités qui s’offrent à nous. Cette nuit, demain, à chaque heure, c’est une possibilité qui s’offre à nous. Et tout jeune homme et jeune fille, tout homme et toute femme doivent considérer que c’est un devoir impérieux qui s’impose à eux, le moindre des devoirs ces jours-ci envers la Palestine.

Il faut donc publier des déclarations et prises de position dans tout le monde arabo-musulman (et au-delà) : simples particuliers, personnalités, organisations concernées, savants, penseurs, médias, élites, professions libérales, syndicats, écoles, universités, associations, tout ce que nous avons en fait de cadres, partis, mouvements, forces politiques, tout ce que nous avons en fait de cadres et d’organisations sociales, culturelles, médiatiques, politiques, à travers le monde entier et le monde arabo-musulman, doivent publier des déclarations et annoncer leur position. Ils n’ont pas le droit de rester silencieux.

Et personne ne doit se comporter en se disant « Si je m’exprime, ça va changer quoi ? » Si tu es le seul à m’exprimer, peut-être (que ça ne changera rien). Si je suis le seul à m’exprimer, peut-être (que ça ne changera rien). Mais si nous nous exprimons tous, si nous condamnons, dénonçons, refusons et protestons tous, et si nous confirmons tous l’identité culturelle d’Al-Quds (Jérusalem), alors cela aura un poids considérable et très important. Il faut donc publier (massivement) des déclarations et prises de positions.

(Il faut) organiser des rencontres, des réunions, des appels, des conférences, des rassemblements pour exprimer cette position. (Il faut) que des manifestations et des sit-ins soient organisés. Et aujourd’hui le peuple palestinien, depuis hier, a précédé (tout le monde dans les manifestations). Aujourd’hui (même), il y a des confrontations, des blessés. Je ne sais pas s’il y a déjà des martyrs.

Lorsque nous manifestons, que tu manifestes, qu’untel et untel manifestent, dans le monde arabe, dans le monde musulman et également dans les (autres) capitales du monde, au sein des communautés arabes et musulmanes, Trump va regarder la situation ébahi et se dire « Dans quel pétrin, dans quel guêpier, je me suis fourré ? Je vais droit dans le mur ! Ceux qui m’ont dit qu’il n’y aura aucune réaction dans le monde (m’ont trompé). » Qui a dit que ces manifestations, si elles se produisent, et elles se produiront si Dieu le veut dans bien des endroits, ne portent pas de message ? Elles transmettent un très fort message face à cette agression et comportent un message de soutien très fort pour le peuple palestinien qui se tient aujourd’hui sur la première ligne de défense d’Al-Quds (Jérusalem), des lieux saints et de la Palestine. […]