samedi 20 janvier 2018

Vladimir Poutine : face à Trump, Kim-Jong Un a gagné haut la main

Entretien de Vladimir Poutine  avec les médias et agences de presse russes, 11 janvier 2018

En prélude à la journée de la presse russe, le 13 janvier, Vladimir Poutine s'est rendu à la rédaction du journal Komsomolskaya Pravda avec les médias et les agences de presse russes. La discussion a porté sur les problèmes professionnels actuels.




Pour le cas ou Youtube censurerait cette vidéo, retrouvez-là sur Dailymotion et Vimeo  (Voir Kafka 2.0 : Comment s’exerce la censure politique sur Youtube) :


Transcription :

[...] Journaliste : Monsieur le Président, j'ai une question à propos de la péninsule coréenne. La nouvelle année a apporté de bonnes nouvelles sur les contacts, les tendances et les rencontres possibles. En même temps, il y a des nouvelles alarmantes au sujet des boutons nucléaires et de la question de savoir qui a le plus gros. Que pensez-vous des développements concernant la péninsule coréenne dans les premiers jours de la nouvelle année?

Vladimir Poutine : Je pense que Kim-Jong Un a évidemment gagné ce round. Il a atteint son objectif stratégique. Il a une ogive nucléaire, et maintenant il a aussi un missile avec une portée globale de 13 000 kilomètres, qui peut atteindre presque n'importe quelle partie du globe, au moins sur le territoire de son adversaire potentiel. Et maintenant il veut clarifier, calmer ou dé-escalader la situation. 

C'est déjà un politicien mature et très perspicace. Cependant, nous devrions être réalistes et, compte tenu de ce que nous devons faire, nous devons agir avec beaucoup de précautions. Si nous voulons atteindre l'objectif difficile de dénucléariser la péninsule coréenne, nous devons le faire par le dialogue et les négociations.

Je crois que, aussi difficile que cela puisse paraître, nous pouvons accomplir cette mission si toutes les parties prenantes de ce processus, y compris les Nord-Coréens, sont convaincues que leur sécurité peut également être garantie sans armes nucléaires.

C'est ainsi que je veux répondre en conclusion. Cela est étroitement lié à votre question et à la question précédente également. Nous discutons du nouveau traité START avec nos partenaires américains. Ils ont soudainement déclaré, même si leur intention colle à la lettre du traité, qu'ils voulaient convertir certains de leurs véhicules de lancement - avions et sous-marins - avec des silos pour empêcher leur utilisation pour lancer des armes nucléaires.

En principe, cette possibilité est stipulée dans le traité. Mais le traité dit aussi que cela n'est possible que si l'autre partie, en l'occurrence la Russie, vérifie la conversion et est convaincue qu'il n'y a pas là de potentiel de rupture, que ces silos ou équipements aéronautiques ne seront pas reconvertis pour l'usage d'armes nucléaires.

Nous n'avons aucune preuve de cela jusqu'à présent. Et nous sommes donc préoccupés par cela. Mais notre dialogue est en cours. J'espère que ce sera positif. [...]

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire