samedi 14 avril 2018

Conférence de presse de Maria Zakharova le 12 avril 2018

Conférence de presse de Maria Zakharova, porte-parole du Ministère russe des Affaires étrangères, Moscou, 12 avril 2018  



 Sur la situation en Syrie

La situation en Syrie reste très tendue depuis une semaine. Parallèlement au succès des efforts de médiation visant à régler la situation dans la Ghouta orientale, qui ont permis de sauver des milliers de citoyens syriens, on constate une intensification considérable des extrémistes qui s'opposent à cette solution, et de leurs tuteurs, capables, comme la pratique le démontre, de lancer des initiatives très radicales afin de mettre en œuvre en Syrie leurs intérêts qui n'ont rien à voir avec les aspirations réelles du peuple syrien.

On a enregistré le 8 avril une reprise inattendue des bombardements du centre de Damas, qui ont tué 8 personnes et blessé 40 civils. Les militaires syriens ont été obligés de lancer l'assaut de la ville de Douma, dernière localité de la Ghouta orientale encore sous le contrôle des djihadistes. Les forces syriennes ont frappé sur les QG et les points d'appui des groupes armés illégaux et ont réussi à pousser les combattants hors des banlieues sud et est de la ville.

Un jour après, le 7 avril, certains militants, liés visiblement aux fameux Casques blancs, ont publié sur internet des messages indiquant que Douma aurait subi une attaque chimique des forces gouvernementales qui aurait tué, selon les premières données, des "milliers" de personnes. Un chiffre un peu plus raisonnable a été annoncé par la suite. Les matériaux diffusés par les sites d'opposition contenaient un grand nombre de divergences concernant le lieu et l'heure de l'attaque chimique présumée, sans parler du type de substance toxique utilisée.

Tout cela n'a pourtant pas gêné les milieux politiques et les médias engagés de l'Occident, qui se préparaient depuis longtemps à une telle provocation (ou la préparaient eux-mêmes?) et avaient fait depuis fin février-début mars beaucoup de déclarations "préventives" (nous les avons mentionnées lors des conférences de presse précédentes). Aucun représentant de ces milieux n'a demandé d'enquêter immédiatement sur cette situation, n'a mis en doute la vidéo absurde des Casques blancs présentant des enfants et des adultes qui s'arrosaient d'eau, ce qui constituerait selon ces derniers une "preuve" de l'utilisation des "armes chimiques". Des agences de presse prétendument respectées ont cru également à un autre fake encore plus grossier montrant une bombe d'une demi-tonne sur un lit soigneusement fait devant des fenêtres "cassées" ayant pourtant leurs vitres intactes. Les opposants au pouvoir légitime syrien ont unanimement demandé à la communauté internationale, et notamment aux États-Unis, de s'ingérer pour punir le "régime" de Damas. Un scénario classique.

On a constaté au sommet - de la part des présidents américain et français - la menace d'une réaction très ferme prévoyant le recours à la force contre la Syrie. Je voudrais souligner que la menace d'utiliser la force contre un pays membre de l'Onu est déjà une violation grossière de la Charte de l'organisation. Je voudrais également rappeler que l'ambassadrice américaine à l'Onu Nikki Haley y prend activement la parole, ce qui confirme la légitimité de l'Organisation. Sur le fond de tous ses propos, nous voudrions qu'on nous explique l'étendue de la légitimité de la menace de la force contre un État souverain. Nous n'évoquons même pas la lutte contre le terrorisme international et la protection de la souveraineté de la Syrie.

Les Occidentaux refusent obstinément d'écouter les arguments de la Russie qui a appelé à une analyse critique des fake news, tout comme nos informations indiquant que les militaires russes, notamment les médecins et les experts en protection chimique, s'étaient rendus sur les lieux de l'incident prétendu de Douma mais n'avaient trouvé aucune trace de l'utilisation de ces armes ni aucune victime de cette attaque chimique mythique.

Personne n'a toujours expliqué à la communauté internationale les raisons qui auraient pu pousser le Gouvernement syrien à utiliser les armes chimiques si les combattants restants de Douma étaient déjà bloqués et qu'on négociait les conditions de leur évacuation.

En même temps, les principaux médias internationaux et les responsables des capitales mondiales gardent silence sur la découverte d'une quantité considérable de substances chimiques dans les dépôts des terroristes dans la partie libérée de la Ghouta orientale, ce qui est un fait réel. Ils ne dévoilent pas non plus le fait qu'on a enregistré depuis le début de l'année quatre cas d'utilisation par les combattants d'armes chimiques contre les positions des troupes gouvernementales près des localités de Sroudj et d'Al-Mchaïrfa. Ces attaques ont fait plus de 100 blessés parmi les militaires syriens, qui ont été hospitalisés.

La Russie se prononce pour l'organisation immédiate d'une enquête objective de l'OIAC sur les accusations antisyriennes, qui restent toujours infondées. Nous défendons résolument cette position au Conseil de sécurité de l'Onu. Les militaires russes sont prêts à garantir les conditions de travail des experts sur les lieux en coordination avec le Gouvernement syrien. 

La situation en Syrie a encore été davantage déstabilisée par la frappe aérienne d'Israël contre la base aérienne syrienne T-4, située à 70 kilomètres à l'ouest de Palmyre, dans la nuit du 9 avril. La frappe contre T-4, ou sont stationnés les avions de combat qui participent aux opérations contre Daech à l'est de la Syrie, a coïncidé avec la recrudescence de l'activité des terroristes toujours présents dans la région.

Washington tient de nouveaux propos militaristes et brandit la menace d'une escalade redoutable. Ses accusations ne concernent pas que Damas mais ciblent également la Fédération de Russie, qui "protège le régime de Damas et est donc responsable de ses crimes". Qui plus est, on entend notamment cela de la bouche du Président américain Donald Trump dont l'une des premières initiatives présidentielles était de lutter contre les fake news, c'est-à-dire contre les informations qui ne veulent pas informer mais désinformer. Compte tenu de la valeur réelle de ces fakes, on ne comprend pas comment on peut adopter des décisions cruciales concernant l'utilisation de la force contre un État souverain et menacer de recours à la force sur l'arène internationale sans voir le paysage réel des événements.

Nous appelons tous les membres responsables de la communauté internationale à réfléchir sérieusement aux conséquences éventuelles de ces accusations, de ces menaces et surtout des actions planifiées. Personne n'a mandaté les leaders occidentaux pour qu'ils soient les gendarmes du monde, pas plus que leurs enquêteurs, procureurs ou bourreaux.

Notre position est parfaitement claire et concrète. Nous ne voulons pas une escalade mais ne soutiendrons pas ces accusations mensongères. Nous espérons que nos partenaires feront preuve d'assez de bon sens pour revenir dans la sphère du droit et résoudre conjointement les problèmes existants comme le prévoit la Charte de l'Onu.
 
Sur les déclarations de Tony Blair concernant les activités du Royaume-Uni en Syrie


Nous avons remarqué les déclarations de l'ex-premier ministre britannique Tony Blair, qui est actuellement "consultant" et ambitionne de "revenir dans la grande politique": il a appelé le gouvernement britannique à se solidariser avec les USA et à lancer une nouvelle campagne militaire au Moyen-Orient. Selon lui, le premier ministre n'a pas besoin de l'approbation des membres du parlement pour frapper la Syrie.

Nous sommes tous parfaitement au courant du "succès" et de l'"efficacité" de l'autre aventure de Tony Blair dans cette région. Combien de fois les représentants des milieux politiques mondiaux, les économistes, les chefs d'organisations humanitaires et les simples citoyens ont évoqué les conséquences provoquées par l'ouverture de cette "boîte de Pandore". Les Britanniques eux-mêmes ont dû le reconnaître: en juillet 2016, la commission britannique indépendante sous la direction de sir John Chilcot, qui a enquêté pendant sept ans sur la participation du Royaume-Uni à la campagne militaire en Irak, a annoncé ses conclusions: l'invasion de l'Irak était une "terrible erreur", et la décision du gouvernement de Tony Blair de s'impliquer dans cette aventure était "hâtive" et "basée sur des informations erronées". Tony Blair lui-même a reconnu que l'invasion de l'Irak avait été décidée "en s'appuyant sur des renseignements erronés", et que les actions de la coalition occidentale avaient contribué de facto à la naissance de Daech.

Aujourd'hui encore nous cueillons les fruits de la guerre irakienne, l'une des plus sanglantes et épuisantes aussi bien pour la région que pour les pays qui avaient décidé d'intervenir pour "remettre de l'ordre". Je dis "nous" intentionnellement. La Russie n'a pas participé à cette intervention mais appelait ouvertement le monde à s'opposer à cette invasion, en citant des faits. Malheureusement, la situation a évolué de la manière que l'on connaît. Je répète que l'usage du terme "nous", quand je dis que nous cueillons les fruits de la situation en Irak, y compris nous en Russie, n'est pas un hasard. Le groupe terroriste Daech, contre lequel se bat si vaillamment le monde occidental aujourd'hui, est le fruit de leurs actions, ainsi que de la politique de force maladroite, stupide et illégale vis-à-vis de l'Irak et des pays voisins.

C'est en Irak que des centaines de milliers d'innocents ont été tués. C'est de ce pays que les citoyens ont dû fuir en grand nombre à la recherche d'une vie meilleure. C'est en Irak que les terroristes en tout genre et de tout calibre ont perfectionné leurs techniques inhumaines d'intimidation et d'assassinat de la population. C'est en Irak qu'on a cherché en vain des armes chimiques, en revanche on a détruit toute l'infrastructure du pays et les grands monuments du patrimoine culturel mondial. La situation en Irak depuis 2003 est tellement catastrophique que les commentaires sont inutiles.

Honnêtement, à la place de Tony Blair, un autre politicien, après ce qu'il a fait, aurait honte de sortir dans la rue. Or l'ancien premier ministre se permet même d'exprimer ses idées sur de nouvelles aventures et sur la nécessité de soutenir le recours à la force vis-à-vis d'un autre pays dans la région. Pousser tous les rivaux dans une aventure vouée à l'échec pour ensuite à nouveau faire parler de soi-même sur la scène politique? C'est un bon engagement pour un avenir politique.

Sur la déclaration de l'Organisation mondiale de la Santé concernant l'"attaque chimique" à Douma

Mercredi 11 avril, l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) a diffusé un communiqué concernant l'"utilisation supposée de substances chimiques toxiques à Douma". Il s'avère que la plupart des informations reçues par l'organisation ont été fournies par les fameux Casques blancs et la Société médicale américano-syrienne (SAMS).

Est-ce que quelqu'un d'entre vous s'est demandé depuis: est-ce une guerre? Après tout, tout a été fait pour que cette décision soit prise. Moins d'une journée après, on découvre comment tout cela a été fabriqué.

Par un étrange concours de circonstances, quand nous avons essayé de contacter la direction de l'OMS, le directeur général Tedros Adhanom Ghebreyesus et son adjoint Peter Salama, cité dans le communiqué, n'étaient pas disponibles pour un commentaire et auraient même été absents de Genève.

Nous avons seulement réussi à obtenir des collaborateurs de l'OMS des "sources d'information" à partir desquelles la déclaration a été faite. Sachant qu'ils n'ont réussi ni à nommer les fameux "partenaires du secteur de la santé" se trouvant à Douma et ayant un accès direct aux territoires et bâtiments concrets où des attaques chimiques auraient eu lieu, ni à préciser à quels établissements médicaux s'étaient adressés les prétendues 500 victimes, ni à dire qui comptait les prétendues victimes, qui établissait les diagnostics et les causes du décès.

Bien que les représentants de l'organisation nous aient affirmé que les "sources de l'information méritaient la plus haute confiance" (nous connaissons la valeur de ces sources), nous considérons la déclaration de l'OMS comme une diffusion irresponsable d'informations infondées et sans preuves poussant à de nouvelles actions agressives ceux qui souhaitent attiser le conflit syrien.

Nous appelons l'OMS à faire preuve d'une plus grande impartialité et à ne pas s'appuyer sur des sources engagées et discréditées dans la préparation de leurs rapports et déclarations, mais sur l'avis d'experts qui ne formulent des conclusions appropriés qu'après un travail sérieux et approfondi.

Sur le bus de journalistes russes attaqué en Syrie

Hier, mercredi 11 avril à environ 18:00, un bus de journalistes russes a été attaqué en Syrie. Un correspondant de la chaîne NTV, un cameraman de la chaîne Rossiya 1 et un cameraman de la chaîne Zvezda ont été blessés.

Les journalistes revenaient à Damas depuis la Ghouta orientale où ils avaient réalisé un reportage sur l'établissement du contrôle de la ville de Douma par les forces gouvernementales syriennes et sur le début du travail des unités de la police militaire russe.

Selon le Ministère russe de la Défense, l'aide médicale nécessaire a été apportée aux blessés. Leur vie n'était et n'est pas menacée. Selon les dernières informations, ils se sentent bien.

De tout cœur nous leur souhaitons un prompt rétablissement et leur retour au travail pour que nous puissions effectivement recevoir des informations de Syrie de première main.
 
Autour de  « l'affaire Skripal »

La campagne médiatique - ou plutôt la guerre - déclenchée par les autorités britanniques contre la Russie avec « l'affaire Skripal » n'est plus un secret pour personne. Toutes les forces et tous les moyens propagandistes ont été mis en œuvre. Je pense que nous n'avions pas vu depuis longtemps dans le monde une campagne antirusse si manifestement fabriquée de toutes pièces, de telle envergure et sans scrupule. Les autorités britanniques bafouent les normes du droit international, les principes et les lois de la diplomatie, les règles élémentaires de l'éthique humaine.

Sur le fond du silence éloquent des organes britanniques compétents sur l'essence de l'affaire et de l'abondance de déclarations et de discours politiques dirigés depuis le début contre la Russie, apparaissent de nouvelles versions des faits, de nombreuses incohérences font surface, des intox et des désinformations flagrantes que personne n'a l'intention de réfuter au niveau des autorités britanniques. Au contraire, toute cette vaste campagne propagandiste avec l'usage de tous les types de médias s'inscrit parfaitement dans la stratégie antirusse du Royaume-Uni. Les autorités de ce pays ont déployé littéralement une campagne intentionnelle pour déformer la réalité. On comprend parfaitement dans quel but. Si les organes publics et les médias, notamment britanniques, cherchaient vraiment à comprendre les faits, remettaient en question les détails étranges, analysaient les incohérences dont déborde cette affaire, la certitude de la prétendue implication de la Russie ne paraîtrait plus si évidente aux yeux du public européen. Et tout le monde poserait à Londres la question qui s'impose depuis longtemps: que s'est-il passé à Salisbury?

Jugez vous-mêmes. Le 4 mars, l'ex-colonel du renseignement russe qui travaillait pour les services britanniques et résidait au Royaume-Uni depuis 2010, qui a purgé une partie de sa peine pour son crime en Russie, délivré de notre plein gré au Royaume-Uni dans le cadre d'un échange d'espions, et sa fille Ioulia, citoyenne russe, résidente permanente de notre pays, ont été, nous dit-on, empoisonnés"en plein jour" dans une ville britannique paisible où tous les voisins se connaissent et remarquent tous les détails, qui n'est pas un centre touristique ou lieu de pèlerinage fréquenté, par l'une des substances chimiques neuro-paralytiques appartenant selon la classification occidentale à la gamme "Novitchok". Depuis 2004, quand Sergueï Skripal a été condamné pour haute trahison, ni en Russie ni après son échange au Royaume-Uni, Moscou, à en juger par les accusations de Londres, n'aurait pas trouvé de meilleure période pour de prétendues "représailles" qu'à une semaine de la présidentielle et à trois mois de la Coupe du monde 2018.

Personne n'a voulu prêter attention à ces faits. En revanche, la Russie a été immédiatement accusée des faits. Les déclarations officielles sont tombées à ce sujet bien avant le début de l'enquête. Bien évidemment, Moscou en a été écarté depuis le début. Apparemment, ils ont tiré des leçons de l'"affaire Litvinenko" quand la participation initiale de la Russie à l'enquête avait créé des complications "inutiles" pour l'enquête. Le 6 mars déjà, la chaîne BBC avait tracé des parallèles avec cette affaire.

Dans le reportage du 6 mars, le correspondant de la BBC Gordon Corera a tracé un parallèle avec l'empoisonnement en 2006 au Royaume-Uni de l'ex-agent du FSB Alexandre Litvinenko. Il y a une sérieuse nuance: à l'époque nous avions au moins vu sa photo. Quant aux Skripal, jusqu'à présent (or cela fait plus d'un mois) personne ne les a vus, il n'y a aucun moyen d'établir un contact avec eux ni pour les médias ni pour les autorités russes, bien que nous ayons envoyé plusieurs notes à Londres pour que cette possibilité nous soit donnée.

Néanmoins, évidemment, la Russie n'est pas restée à l'écart de la situation. Et si Londres reste parfaitement sourd aux nombreuses requêtes de la Russie sur l'"affaire Skripal" et ne veut pas nous laisser participer à l'enquête, nous devons au moins prendre conscience de l'ampleur de l'incohérence des déclarations et des appréciations des représentants officiels, l'absurdité absolue des incohérences, l'abondance de fuites absurdes. Même après une analyse superficielle des faits et des conclusions, il ne fait aucun doute que tout cela est une provocation planifiée et étrangement mise en œuvre, notamment  du point de vue de la logique et de la logistique, contre la Russie.

Cette affaire a permis d'effectuer un test complet de la nouvelle stratégie de guerre d'information basée sur les fake news incessants et les fuites douteuses. Remarquez la pénurie de déclarations des organes officiels chargés de l'enquête sur cet incident. On l'a souvent expliquée par le caractère très confidentiel et secret de l'enquête sous prétexte qu'elle était liée aux intérêts de "sécurité nationale". Mais pourquoi donc alors les médias en tout genre et de tous les niveaux présentaient-ils chaque jour de nouvelles versions des événements en citant des "sources proches de l'enquête"? Son caractère n'est donc pas si fermé que cela… Ou les collaborateurs des organes d'enquête britanniques ne connaissent-ils pas le sens du secret d'État? A mon avis, ils savent garder un secret. Les affaires précédentes ont montré que si des informations étaient classifiées, elles l'étaient sérieusement et pour longtemps. Nous avons donc toutes les raisons de reprendre notre première supposition selon laquelle ces fuites ont un caractère absolument prémédité. Qui plus est, personne n'a officiellement commenté ces fuites dans les médias malgré leur nombre très important. Il s'agit d'un autre trait caractéristique de cette affaire: le grand nombre de fuites de la part des structures prétendument officielles dans le contexte de l'absence totale de démentis par ces structures. Pourquoi parlons-nous donc d'une approche tout à fait nouvelle? Parce que les médias britanniques ont joué le rôle des services de presse des organes publics de cet État. On pourrait l'expliquer par un certain manque de professionnalisme, mais ce n'est pas du tout le cas. Nous savons tous parfaitement comment les Britanniques savent travailler, notamment dans le domaine médiatique. Nous avons constaté les déclarations claires et émotionnelles de la Première Ministre Theresa May au Parlement, les propos extravagants du Ministre des Affaires étrangères Boris Johnson, y compris dans les médias. Mais où étaient les briefings et les conférences de presse des représentants des organes d'enquête qui auraient dû éclaircir un grand nombre d'incohérences et de fuites apparues dans la presse? Il n'y en a pas eu car ils n'étaient pas nécessaires. Il était tout simplement désavantageux pour Londres de mettre les points sur les i - ainsi que tous les signes de ponctuation dans cette phrase très compliquée.

Le nombre des versions de ces événements présentées par les médias britanniques est en effet impressionnant.

Le 5 mars, le Salisbury Journal a indiqué que les services d'urgence soupçonnaient un empoisonnement au fentanyl, une substance narcotique opioïde. Le restaurant Zizzi où les Skripal avaient déjeuné a été ceinturé. Le Telegraph a avancé une version similaire. Cet article a été plus tard supprimé mais il est resté dans la mémoire cache de Google. Pourquoi l'a-t-on supprimé? Quelles donnés fallait-il effacer d'urgence?  

Le 6 mars, on ne savait encore rien mais Boris Johnson a annoncé au Parlement de manière préventive que son pays "réagirait fermement" à toute preuve de l'implication de la Russie dans l'incident. La décision était donc déjà prise, tout comme les accusations politiques.

Le 7 mars, Mark Rowley, chef du département antiterroriste de Scotland Yard, a annoncé que Sergueï et Ioulia Skripal avaient été empoisonnés par une substance neurotoxique. La police n'a pas précisé de quelle substance concrète il s'agissait.

Le Daily Star a publié le même jour un article indiquant que l'assassin avait injecté lui-même le poison.

Le 8 mars, Metro a supposé qu'on avait empoisonné la nourriture des Skripal.

Le 10 mars, on indiquait que l'empoisonnement aurait pu se passer dans le pub Mill ou dans le restaurant Zizzi. On recommandait à ceux qui avaient visité ces établissements le jour de l'empoisonnement de "laver leurs vêtements". Ces recommandations ont été publiées sur le site du gouvernement britannique. On parle là d'une contamination possible par l'une des substances les plus dangereuses au monde, et les autorités proposent de laver les vêtements six jours après l'incident!

Le Daily Mail a cité le même jour une source haut placée indiquant l'empoisonnement possible du bouquet de fleurs laissé par Sergueï Skripal au cimetière.     

Le 11 mars, le journal Express a présenté une nouvelle version des faits concernant un "paquet empoisonné" délivré par un service logistique.

Le 12 mars, Theresa May a annoncé au Parlement que l'empoisonnement avait été causé par une substance neurotoxique militaire de type Novitchok, conçue, selon elle, en Russie. "Il est désormais clair que monsieur Skripal et sa fille ont été empoisonnés par une substance neurotoxique de combat d'un type conçu en Russie. Elle fait partie du groupe des substances neurotoxiques connues comme Novitchok. Sur la base de l'identification positive de cette substance… à Porton Down et en raison du fait que la Russie a produit cette substance par le passé et a toujours la possibilité de la produire de nouveau, ainsi qu'en tenant compte de tous les assassinats précédents financés par l'État russe et que, selon nos estimations, la Russie considère certains transfuges comme une cible légitime d'assassinat, le gouvernement a conclu que la Russie était très probablement responsable des actions visant Sergueï et Ioulia Skripal… Ainsi, il n'existe que deux explications vraisemblables aux événements du 4 mars à Salisbury: soit il s'agit d'une action directe du Gouvernement russe contre notre pays, soit le Gouvernement russe a perdu le contrôle de la prolifération d'une substance neurotoxique très dangereuse qui est tombée entre les mains de tierces personnes".

Le 13 mars, le Mail online a présenté une nouvelle version des faits selon laquelle la substance toxique aurait été appliquée à la poignée de l'automobile.

Le 14 mars, Theresa May a officiellement accusé la Russie d'avoir tenté d'assassiner les Skripal.

Jonathan Allen, ambassadeur par intérim du Royaume-Uni auprès de l'Onu, a également indiqué qu'il n'y avait pas d'autre alternative à la version de la responsabilité russe dans l'empoisonnement de Sergueï Skripal et de sa fille.

Le 15 mars, un article du Guardian a cité Boris Johnson affirmant que le Gouvernement britannique avait des "preuves abondantes" de l'implication de la Russie dans l'empoisonnement des Skripal. Il n'a toutefois apporté aucune précision.

Le Telegraph  a publié le jour même un article qui citait des sources aux sein des services secrets indiquant que la substance ayant empoisonné Sergueï Skripal se trouvait dans la valise de sa fille. Selon le quotidien, le paquet contenant une substance neurotoxique se trouvait dans le bagage que Ioulia Skripal avait apporté à Salisbury depuis Moscou. On a alors émis l'hypothèse de l'empoisonnement des vêtements, du maquillage ou des cadeaux apportés par Ioulia.

Le 17 mars, Boris Johnson a annoncé à BBC que l'incident de Salisbury avait été organisé personnellement par le Président russe Vladimir Poutine.

Le 18 mars, le Daily Star a perpétué les meilleures traditions de science-fiction en supposant que les Skripal auraient pu être empoisonnés par un drone. Le Guardian a souligné le même jour que la substance toxique avait été dispersée à l'aide du système d'aération de l'automobile de Skripal. Je voudrais souligner l'absence totale de démentis de la part des structures publiques britanniques, des organes d'État ou des enquêteurs.            

Le 22 mars, la déclaration finale adoptée à l'issue du sommet de l'UE a confirmé la solidarité de l'Union européenne et souligné l'absence d'explication logique des événements à part celle de l'implication de la Russie.

Le 28 mars, la police britannique a indiqué que les enquêteurs estimaient que les Skripal étaient probablement entrés en contact avec le Novitchok chez eux: la concentration la plus élevée de la substance toxique avait été enregistrée sur la poignée de la porte d'entrée de la maison de Sergueï Skripal.

Le 29 mars, la page Twitter officielle du Ministère britannique des Affaires étrangères a accusé la Russie de disséminer de fausses informations en créant de nombreuses versions et théories des événements de Salisbury (c'est donc nous qui avons beaucoup de versions?!).

Le 1er avril, le tabloïd The Sun a publié un article affirmant que la substance toxique aurait pu être apportée dans un paquet de sarrasin ou de laurier et d'épices que Ioulia Skripal n'avait pas pu prendre avant son vol eu Royaume-Uni et avait demandé à une certaine amie qui devrait se rendre à Londres avec son mari par un autre vol d'apporter. Il s'est avéré plus tard qu'il s'agissait d'un poisson d'avril. Est-ce normal, selon vous, de faire des blagues de ce genre dans cette situation? Ce n'est pas du tout amusant.

Selon une autre version, le Novitchok aurait été appliqué à une plaquette publicitaire destinée aux Skripal.    

Le 2 avril, un article du New York Times a cité certains "fonctionnaires" et affirmé que l'application d'une substance toxique à la poignée d'une porte (ils ont visiblement préféré cette version) était si "risquée et audacieuse" qu'il s'agissait évidemment d'une affaire de super-professionnels, c'est-à-dire des Russes… Et le fait qu'on ne savait toujours pas si le Président russe Vladimir Poutine avait ou non ordonné personnellement d'éliminer Sergueï Skripal s'expliquait par sa capacité à "dissimuler les informations". 

Le 8 avril, le Sunday Times a publié un article de Boris Johnson indiquant que la Russie avait avancé 29 théories concernant l'empoisonnement des Skripal. Le 4 avril, il a présenté sur Twitter les "justifications" si attendues de la responsabilité de la Russie, accompagnant les fameuses preuves "exhaustives" sous la forme de six images:

1. Le laboratoire de Porton Down a identifié la substance comme Novitchok;

2. La Russie a étudié les moyens d'appliquer des substances neurotoxiques et disposait d'un stock limité de Novitchok dans le cadre de ce programme;

3. La Russie avait un motif pour assassiner Sergueï Skripal.

La chronologie des événements présentée sur la page Twitter officielle du Ministre britannique des Affaires étrangères Boris Johnson est assez curieuse. Des messages violents, grossiers et à la limite de l'acceptable concernant la Russie et sa responsabilité dans l'affaire Skripal s'entremêlaient avec des photos gentilles de Boris entouré de gens sympathiques et souriants. Suivis par des monstres en masque portant des moyens de protection chimique. Il s'agit d'une manipulation évidente de l'opinion publique: la Russie "terrible" s'est ingérée dans la vie paisible de l'Angleterre.

Cette campagne d'information visant à discréditer la Russie demande visiblement beaucoup d'efforts aux politiciens britanniques. On ne sait pas s'ils n'ont plus assez d'arguments ou s'ils font face à une crise de nerfs. Citons par exemple la querelle de Boris Johnson avec le leader des travaillistes Jeremy Corbin, qui a accusé le Ministre d'induire en erreur l'opinion publique britannique par son interprétation trop libre des conclusions des experts de Porton Down. Boris Johnson a annoncé en réponse que le chef du Parti travailliste "soutenait le Kremlin" et "rendait sa propagande plus convaincante". Il est même allé plus loin en considérant Jeremy Corbin comme un "idiot utile du Kremlin". Il l'a fait pour qu'aucune force politique et aucun média du pays n'aient envie d'appeler à la raison et de mener enfin une enquête normale. Si l'on dit des choses de ce genre aux politiciens, de quelle manière de communiquer avec les médias peut-on parler?

La thèse principale de cette polyphonie médiatique réside dans le fait que la position officielle britannique sur cette question n'exige aucune preuve et qu'il faut tout simplement lui faire confiance. C'est exactement la réponse des diplomates britanniques aux questions de leurs collègues concernant la présentation des preuves. Ils regardent leurs interlocuteurs dans les yeux et demandent: comment pouvez-vous ne pas nous faire confiance?

Les insinuations sur l'origine du Novitchok méritent une mention spéciale. Comme nous l'avons déjà indiqué, Theresa May a pour la première fois annoncé l'utilisation de cette substance concrète le 12 mars. Personne n'a mis en doute cette affirmation depuis, malgré les nombreux appels russes à éclaircir la situation ou au moins à débattre des informations sur l'origine russe de la substance.

A suivre…

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire